Vendredi 13 juillet. Notre petite équipe est fière de fouler la Terre ferme de Poucharramet. Same et ses amis nous accueillent avec le plus beau des sourires. C’est une petite parenthèse dans notre excursion car déjà nous revoici sur Terre, à la Maison. L’occasion de récolter les derniers parfums, les derniers airs, avant de reprendre la direction des étoiles.

A cette époque, Miss Elise Chump et le Dr Gomboc, étions tous les deux occupés à quelque projet – pompeusement classé « secret défense » – de Musique Assistée par Ordinateur. Je ne tiens vraiment pas à préciser lequel de nous deux était le véritable assisté. « M.A.O. » comme on dit dans le milieu. Bien sûr, les espoirs révolutionnaires de Miss Chump s’exprimaient pleinement dans cette entreprise : n’avait-elle pas sur scène tenté l’ébauche d’un discours de gauche électro, disons, « M.A.O.ïste » ? Puisque la ravissante Same nous avait fait la meilleure impression et réservé le meilleur accueil, The Last Rocket offrit à la Maison de la Terre un magnifique tableau (réalisation assistée par une paire de ciseaux et une poignée de sable). Selon toute probabilité, le tableau figure au centre de Poucharramet, sur la façade de la Mairie sans doute.

Depuis ce jour, toute l’équipe éprouve depuis le fond du coeur que la Maison de la Terre pourrait devenir notre ambassade sur Terre, petit port d’attache, point lumineux de nos cartographies célestes et quand les lampions  de Poucharramet s’allument, leur lumière nous rejoint, fussions-nous hors du système solaire.

 

Communiqués

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *